Accueil » Mali : les internautes entre censure et menaces

censure réseaux sociaux mali

Mali : les internautes entre censure et menaces

La censure ne musellera pas les internautes maliens. Malgré les menaces et les blocages des réseaux sociaux, les internautes maliens restent confiants.
La paix ne peut naître sans communication. Alors, sans ambages, on peut dire qu’Internet est un outil de paix, parce-qu’il facilite le dialogue et la communication, et parce-qu’il permet à tout le monde d’exprimer librement ses opinions.

La censure est anti-démocratique

Toute censure est une insulte, une atteinte aux libertés fondamentales de l’être humain.
La démocratie tire sa force de l’expression des divergences de points de vue, cela suppose que chacun soit capable d’accepter la volonté de la majorité tout en donnant la latitude aux minorités de s’exprimer librement et tout en en protégeant cette expression, pour qu’elle reste libre.

ARTICLE : 19 Déclaration universelle des droits de l’Homme.

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

Non seulement la censure est une insulte, mais elle est aussi une pratique anti-démocratique, une dictature. C’est une tentative de museler qui empêche tout raisonnement, car c’est synonyme de retour à la pensée unique, à l’âge où c’est le plus fort qui a raison.

La censure ne conduit qu’à la violence

Empêcher les citoyens d’exprimer librement et pacifiquement leur opinion ne peut conduire qu’à la violence. Vous trouverez ci-dessous des exemples de maliens engagés qui ont rencontrés de multiples problèmes plus ou moins préoccupants…

Le 15 août 2016 l’activiste malien Rash Bath a été victime d’une arrestation arbitraire, sans nul doute à cause de ses propos incommodes sur les dérives de la politique. Des soulèvements s’en suivront, puis, le 18 août 2016, l’Etat malien bloque les réseaux sociaux, empêchant ainsi les internautes de s’exprimer librement.

La disparition suspecte de Birama (un journaliste du journal Le Sphinx) depuis le 29 janvier 2017 reste encore un mystère jusqu’ aujourd’hui.

Birama
Birama le journaliste disparu du Journal la sphinx Photo: Facebook

Master Soumy a été l’objet de nombreuses menaces de mort, le rappeur, activiste engagé pour le développement de son pays, dans ses chansons comme dans les rues, milite inlassablement pour la justice, la liberté et la démocratie.

Maser Soumy
Maser Soumy rappeur activiste
Photo: Facebbok

Fatoumata Harber fondatrice de SankoréLabs, bloggeuse et activiste acharnée, met sa plume là où ça fait mal pour dénoncer toutes les injustices. Ses propos pertinents au goût de vitriol ont fait d’elle la cible de nombreuses menaces et intimidations.

Fatoumata Harber
Fatoumata Harber Blogueuse activiste

Au Mali, la fronde contre le projet de révision de la Constitution prend de l’ampleur… Le 8 juin dernier, alors que des jeunes marchaient pacifiquement pour montrer leur désaccord avec ce projet, c’est à coup de matraque et de gaz lacrymogène que la marche fut empêchée. Et le 10 juin, une nouvelle manifestation a été dispersée, toujours à coup de gaz lacrymogène… La société civile et l’opposition accusent le gouvernement de vouloir renforcer les pouvoirs du président.

Manifestation contre la révision constitutionnelle au Mali

Depuis le 13 juin, Facebook est censuré : les protestations des internautes déferlaient sur les réseaux-sociaux à propos du référendum prévu le 9 juillet (lié au projet de révision de la Constitution).

En donnant la possibilité à chacun de se prononcer sur la politique, l’internet participe au renforcement de la démocratie. Censurer c’est une entrave à la démocratie mais aussi aux droits de l’être humain. Le gouvernement doit comprendre que la censure ne musellera pas les internautes maliens.

« Internet est une technologie qui permet à tous sur terre de se comprendre »

                                        Edouard Snowden 

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.