Accueil » Etre blogueur dans un pays ou on ne lit pas

Blog
Blog Image: CC Pixabay Image

Etre blogueur dans un pays ou on ne lit pas

Si tu veux cacher quelque chose à un Malien, mets le dans ton blog. Au Mali la lecture n’est pas notre fort, alors y tenir un blog c’est comme une boite de lettre sur cimetière.  

L’homme qui vient du futur 

La transition vers le numérique et les TIC amorcée tarde à s’incruster dans les habitudes du Malien.   Un profond clivage subsiste entre les blogueurs et le peuple malien. Voilà pourquoi le blogueur est perçu comme l’homme du futur qui ne vit que sur la toile. Car celui-ci n’a toujours pas su charmer les internautes, comme dans les pays voisins tel que la Cote d’ivoire et la Guinée…

Vu les méprises recrudescentes sur le bloguing nul doute on peut dire que les maliens ou la plupart d’entre eux ont une méconnaissance avérée du blog, à maintes fois on me pose la question : « c’est quoi un blog » , « c’est quoi un blogueur », pourtant les blogs n’ont rien de nouveau, mais ils sont toujours perçus comme des activistes qui lâchent leurs dévolus sur le web ou des pseudos journalistes.

un tour a la maison d’édition la Sahélienne, le constat est hilarant de 2012 à 2013 des bouquins n’ont eu qu’un ou deux acheteurs, la plupart du temps aucun.

Pourquoi les blogueurs ont du mal à s’imposer sur la toile au Mali ?

La malédiction de Babel

C’est toujours passionnant de lire les billets de nos jeunes blogueurs avec toutes leurs verves, leurs prouesses littéraires, accompagnées de messages aussi éducatifs que ludiques, pourtant ça fait froid dans le dos si on se rend compte que seulement 33.4% des maliens sont alphabétisés (CIA World Fact Book Rapport de 2014)

C’est une évidence, la langue est un frein à l’essor du bloguing au Mali. Surtout que la lecture n’est pas une activité de prédilection pour les maliens. Alors écrire des beaux billets en langue de Molière pour des citoyens maliens est un dialogue de sourd.

un tour a la maison d’édition la Sahélienne, le constat est hilarant de 2012 à 2013 des bouquins n’ont eu qu’un ou deux acheteurs, la plupart du temps aucun.

Quand surfer sur le net devient un luxe

Internet ne nous rapproche pas tous

Les bonnes choses sont pour les riches, internet aussi, bon quand même au Mali, ce puissant outil qui connecte les êtres humains à travers le monde est l’apanage de certains privilégiés ceux qui ont les moyens. Internet n’est pas une priorité quand le taux de pauvreté atteignait 47.2 % en 2015 (Institution National de la Statistique au Mali)

Seulement 7% des maliens ont accès à internet (2015 rapport de l’ONU), pourtant il faut internet pour accéder à un blog, bon je crois que oui. Et même pour ceux qui ont la chance de surfer sur net, lire un article de blog n’est surement pas l’activité favorite.

Blog Image: Wokandapix CC Pixabay.com

Fousseni togola ( Activiste blogueur)

« Tenir un blog, est des activités les plus  instructives qui soient, pourtant on s’en lasse rapidement quand l’on realise que les maliens lisent peu, bien vrai que l’on n’écrit pas pour les seuls maliens. Il est aussi important d’être lu par ses concitoyens, car c’est comme cela que nous pouvons apporter les changements escomptés via nos billets »

Innover et s’adapter pour ou disparaître

Rich média 

Bon, le tableau n’est pas si noir, Mais après réflexion je me rends compte que si les blogueurs maliens veulent prospérer ils doivent tenir compte de leur environnement. Car même les barrières de la langue et de l’accès à internet peuvent être surpassés en introduisant les langues locales, en allant vers les rich médias, utilisation des images, audios, vidéos tout en multipliant les campagnes d’information et de formation sur les blogs.

9 commentaires

  1. Togola dit

    Les blogueurs aimeraient bien faire ces formations, aller vers le peuple, mais sachez que la plupart de ces blogueurs sont des étudiants ou des gens sans emplois. Or, Quelqu’en soit le genre de formation, elle coûte.
    Voilà le frein à cela.

    • makaveli
      makaveli dit

      En fait ce sont pas que des formations mais formats d articles ou le malien pzut lire voir ou mm ecouter alors pour cela il fait les rich media des articles avec des audios videos… et la lanhue aussi

      • Togola dit

        Ah, la tu as parfaitement raison, mais à combien te coûtera une vidéos en terme de forfait pour ton blog connaissant bien que la qualité de la connexion dans ton pays ?
        Connexion chère et lente.

  2. Très pertinent comme sujet, je pensais qu’il faut en parler. Par contre ce que je comprends pas c’est pourquoi est-ce qu’on parle de blogueur « dans un pays » ?? Les billets de blogs sont disponibles partout sur internet alors ça signifie quoi blogueur au Mali, en Côte d’Ivoire ou en France ? Ces blogs sont tous disponibles de la même façon sur le Web je crois ( je crois 😉 ).
    Ou alors on peux appeler blogueurs malien un blogueur qui parle sur les réalités du Mali par exemple. Bref c’est juste mon avis. Bon courage !

    • makaveli
      makaveli dit

      Les billets sur le web sont ouvets et accesibles a tous le monde par contre il est important et meme necessaire les citoyens de son pays puissent comprendre nos ecrits car ils peuvent revolionner les choses comme aporter des changements de mentalites chez les jeunes. Je pense que le blog est universel mais je pense aussi qu il est temps que l on adapte les TIC a nos langues nos realites afin que meme dans nos villages on puisse s en servir.

  3. William dit

    Bjr
    En temps que blogueur tu peux aussi écrire pour le monde entier.
    Tu n’es pas obligé de te limiter au Mali.
    Si les maliens ne lisent pas et que tu aimes écrire,il va bien falloir trouver ton  »public »

    A+

    • makaveli
      makaveli dit

      Oui je suis d accord je voulais juste montre que les blogueurs doivent prendre en compte leur pays adapter leur contenu pour atteindre plus de personne ça l avantage de faire connaitre leurs langues locales par ex.
      Rfi et Bbc par ex font des emissions en langues africaines. Tout ca pour dire qu il faut fairre l effort d adapter les contenus

  4. Atti dit

    Bonjour,
    Je pense que tu soulèves un point important. Le fait est que même si il est vrai que sur internet il n’y a pas véritablement de frontières et que donc ton blog peut parcourir le monde, on a toujours envie d’être lu par ses compatriotes. Surtout quand les sujets traitent de ton pays en général.

    Enfin, bonne continuation, et bon courage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.