Accueil » Qui finance la campagne électorale décide de la politique à suivre

Qui finance la campagne électorale décide de la politique à suivre

L’avantage de la démocratie c’est que le changement est toujours possible avec les élections. Malheureusement il ne suffit pas d’une élection et d’un nouveau président pour que les choses s’améliorent forcément. La question du financement des campagnes électorales, très souvent escamotée, est primordiale et déterminante sur le mandat des élus. Une campagne électorale financée illicitement transforme le mandat des élus en un champ propice à la corruption, au favoritisme et par conséquent au sous-développement.

Les élections sont la quintessence de la démocratie. Elles donnent la latitude aux citoyens d’élire librement leurs représentants et leurs dirigeants. Le respect du calendrier électoral, en plus de permettre l’alternance politique, est un moyen précieux pour les citoyens d’approuver ou de désapprouver leurs élus, voire même d’espérer un air nouveau en changeant de dirigeants.

Malheureusement, les élections sont une course où ceux qui ont le plus gros portefeuille gagnent. Avoir un parti politique c’est avoir une entreprise, on investit l’argent pour acheter des voix, une fois élu on tire profit de nos privilèges. Tant que l’argent sera le moteur des élections, la préservation des intérêts d’une minorité de privilégiés sera le but ultime de la politique. Nos ambitions d’émergence resteront à jamais des rêves.

De pseudos partis politiques

Un parti politique est avant tout un groupe des personnes qui souhaitent servir un idéal de société, en général dans le sens du progrès. Ils militent avec des moyens démocratiques pour réaliser leur projet de société avec le dessein du bien-être général. Sa gestion doit être démocratique pour permettre l’alternance au sein du parti. Ses finances doivent être transparentes et saines, elles sont en général basées sur la contribution de ses membres et autres voies légales de financements de partis politiques.

Mais nous voyons plutôt des partis politiques qui reposent uniquement sur une seule personne, qui finance seule, de sa poche, la vie de l’organisation. Les autres membres sont présents dans le groupe par affinité ou espèrent des privilèges une fois des postes gagnés.

Cette carence démocratique des partis est une fissure dans notre système politique. A défaut de pouvoir compter sur une base électorale solide, les candidats sont obligés de se livrer à des stratégies antidémocratiques pour obtenir des voix pendant les élections. C’est aussi le signe d’une incapacité à gagner la confiance des électeurs, le signe d’un manque de leadership pour regrouper l’ensemble d’une population derrière un idéal une vision.

Le financement des campagnes électorales

Vu l’insuffisance des subventions de l’Etat et ne pouvant pas compter sur les contributions des membres de leur parti, les candidats ont recours à des moyens illicites pour financer les élections.

Si un candidat emprunte de l’argent pour faire sa campagne il sera obligé de rembourser, avec intérêts, ses créanciers (ou sinon de les favoriser dans l’octroi de certains marchés au cas où il est élu). Ce système pousse à la corruption et au favoritisme.
Si le candidat finance sa campagne électorale de sa poche, avec sa propre fortune, il sera tenté de récupérer l’argent injecté dans sa campagne, une fois élu. De ce fait il priorisera sa poche avant le développement du pays.
Dans les deux cas le pays est perdant vis à vis de la démocratie et du développement.

C’est celui qui paye l’orchestre qui choisit la musique qu’il faut jouer, de la même façon, celui qui finance la campagne électorale décide de la politique à suivre. Autrement dit, comment tu finances ta campagne électorale, détermine comment tu gouverneras.

Tant que nous n’arrivons pas à faire la lumière sur le financement des campagnes électorales, les élections apporteront de nouveaux élus mais jamais le changement ou l’émergence dont nous rêvons. Le système actuel favorise les candidats qui ont des moyens financiers, et défavorise ceux qui ont les compétences, la vision, et l’éthique. Pour ces derniers, il n’y a que très peu de chances de remporter les élections, leur défaite est jouée d’avance.

Pour des élections transparentes et crédibles, et pour que les élus soient légitimes et soient les dignes représentants des aspirations et des intérêts de la population, nous devons repenser le concept des élections et revoir les règles qui régissent les partis politiques. Sans cela, ce sera un éternel recommencement, sans espoir d’évolution et de progrès.

2 commentaires

  1. Annie Coulibaly dit

    Bonjour. Est-ce que les candidats à la présidentielle disent publiquement comment ils financent leur caution de 25 millions de FCFA ? Qui a accès aux budgets de campagne ? Y a-t-il un plafond à ne pas dépasser ? Sait-on ce que sont devenus les 10 millions de FCFA versés lors de la dernière présidentielle par ceux qui n’ont pas obtenu 5 % des suffrages exprimés au premier tour ? A-t-on des preuves réelles concernant l’URD qui aurait donné 5 000 FCFA contre signature aux jeunes qui voulaient entrer sur le stade du 26 mars, samedi dernier ? Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.