Accueil » Mali : La numérisation des services publics

Internet
Internet, photo: Pixabay CC

Mali : La numérisation des services publics

Avez- vous déjà dépensé plus de temps que nécessaire pour un papier dans un service public ? Il vous est arrivé de ne pas savoir ou aller faute d’information pour des documents administratifs ? Il est aussi probable que l’on vous a réclamé des pots de vin, pour hâter le traitement de vos dossiers ? Afin d’éviter tous ces désagréments, la transition vers la e-gouvernance est incontournable. Internet peut insuffler la rapidité et le dynamisme nécessaires à l’amélioration du service public malien, au grand bonheur des citoyens.

3 trois mots caractérisent les services publics au Mali : lourdeur, lenteur, corruption. Mais avec la magie d’ internet, nous pouvons permettre aux citoyens d’accéder aux services administratifs en ligne, à travers leurs téléphones, ordinateurs ou tablettes, n’importe quand et n’importe où.

Oui payer ses impôts et taxes, refaire sa carte d’identité, demander un certificat de nationalité, c’est possible en ligne. La numérisation a l’avantage d’apporter simplicité, rapidité, accessibilité et économie.

Aujourd’hui avec les services de paiement mobile, nous réglons nos factures d’eau et d’électricité avec nos téléphones : plus besoin de faire de longues files d’attente. La même chose est possible pour les services de l’Etat, qui de nos jours prennent un coup de vieux : ils sont surpassés par l’accroissement démographique et à des années lumières des avancées technologiques.

Opter pour la numérisation des services publics aura pour avantage de rendre:

Les services accessibles a tous 

La numérisation de l’administration sera un pas de plus pour la décentralisation. Plus besoin de se déplacer, même dans les régions reculées, elle rendra les services publics accessibles. Les citoyens auront également directement accès aux informations nécessaires pour leurs démarches administratives, ce qui permettra un gain de temps et d’argent.

Rapidité, productivité et efficacité  

Plus de longues files d’attente, plus de retard dans les délais. Le gros du travail sera effectué par des machines, ce qui réduira le volume de travail des fonctionnaires, leur permettant ainsi de s’atteler à d’autres occupations, d’être plus productifs et efficaces.

Lutter contre la corruption

Avec les services en ligne, toutes les transactions financières seront tracées et suivies. La traçabilité réduit toute possibilité de détournements de fonds, ou de demande de pots de vins. Numériser l’administration public, c’est aussi freiner la corruption qui est l’obstacle majeur à notre émergence. En 2017, 70 milliards avaient été détournés des caisses de l’Etat, selon le rapport du vérificateur général.

Suivre le travail des fonctionnaires

Les retards et les absences sont fréquents dans les lieux de travail, car les mécanismes de suivi sont inefficaces. Avec le numérique, il est plus simple de suivre et d’évaluer le travail des agents. Cela permettra de récompenser ceux qui travaillent le plus et de prendre des mesures dissuasives contre ceux qui font moins.

Faire des économies

L’Etat fera des économies sur les tonnes de papier utilisé chaque année. Internet facilitera le partage d’information et les communications entre les services, par visioconférence, par exemple. Avec la réduction de la corruption, l’Etat observera une hausse de ses recettes. D’ici 2020 le Maroc mettra 50% des démarches administratives en lignes pour ses citoyens. Ça reste possible pour nous aussi au Mali.

La numérisation de l’administration créera de l’emploi pour les jeunes, les inciteront à développer des start-ups pour innover et mieux répondre aux besoins des populations.

Interconnectivité entre les services

Internet facilite l’archivage et la sauvegarde des données avec les stockages sur le cloud. Mais il permet aussi à des services d’échanger facilement les informations, de construire et d’avoir accès à des bases données utilisables dans les domaines de la sécurité, de la santé, de l’éducation publique etc. Exploitées, ces données permettront des progrès dans chacun de ces secteurs.

Réduire le coût, améliorer la qualité et étendre le couverture d’internet dans tout le Mali doit être au cœur de toute politique de développement, même si des sujets comme l’éducation, l’emploi, la santé, l’énergie ou le terrorisme peuvent sembler prioritaires sur les questions de transition vers le numérique.

A noter que, ces dernières années, à l’instar des autres pays africains, le Mali connaît des avancées en matières des TIC. Devenu incontournable aujourd’hui, le numérique peut stimuler et propulser l’essor économique et humain du pays, et faciliter la vie des milliers de citoyens.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.