Au Mali l’argent fait la politique

Article : Au Mali l’argent fait la politique
11 septembre 2017

Au Mali l’argent fait la politique

Tant que l’argent fera la politique au détriment des valeurs sociales, morales et démocratiques, aucune avancé culturelle, économique, éducative… ne sera envisageable. Hors que pour la bonne marche de la démocratie, c’est l’engagement de toutes les composantes de la société autour des valeurs démocratiques sociales et éthiques qui est nécessaire.

Les élections

Le plus grand taux de participation aux élections maliennes est de 48% et c’est celui des présidentielles de 2013, alors que les taux enregistrés au précédentes elections sont largement en deçà. Nombreux sont les facteurs qui concourent à la problématique des élections au Mali : faible taux de participation, fraudes, achats de consciences citoyennes…

La perte de confiance en la politique et en ses acteurs, est due au non respect des promesses électorales. C’est aussi l’une des causes du désintérêt des citoyens face aux questions politiques. Ajouter à cela la méconnaissance de l’enjeu du vote. La pauvreté qui fait que certains voient les élections comme une aubaine de se faire des sous. En 2016 aux élections communales de 20% des personnes interrogées affirment être témoins de cas de corruption et d’achats de conscience (AFRIK-POLL Sondage Magazine Le Bon Citoyen N : 01)

Les votes sont pour la plupart motivés par les affinités, la bourse ou autres présents offerts par les politiciens jamais pour le projet de société, les valeurs, la moralité du parti ou du candidat. Alors, avec quelques sous n’importe qui peut se voir élire pour occuper un poste de responsabilité.

La responsabilité de cette triste réalité est partagée entre les partis politiques l’État et les citoyens.

Berthe Jeune leader d’association Photo: Makaveli

Selon M. Berthé un jeune habitant de Sangarebougou a Bamako et  leader d’association 《 La politique n’est pas de suivre les gens, mais leurs ideaux et cela est quelque chose que les Maliens n’ont pas comprit. Ce qui est lamentable c’est que la politique est perçue comme un moyen radipe et facile de s’enrichire des caisses de l’Etat.》

Les partis ou les entreprises politiques 

Politique
Politque Pixabay Image CC

Selon la charte des partis politiques du Mali en son ARTICLE 36 : Les partis politiques ont l’obligation d’assurer la formation civique de leurs membres, en conformité avec les principes moraux et sociaux aptes à forger des citoyens conscients de leurs devoirs envers la collectivité nationale…

Une noble tâche dont les partis semblent oublier l’importance, en tout cas aucune des personnes que j’ai rencontrées n’affirment avoir reçu de formation à cet effet, pourtant les partis reçoivent des subventions de l’État pour les formations de leurs membres.

En plus de ne pas assurer la formation civique des partisans, les partis sont assimilables à des entreprises car le but n’est plus la conquête du pouvoir pour le bien général mais d’assurer le confort d’un clan.

Témoignage d’un élu de la Mairie de la Commune II de Bamako qui à cause de son statut prefère garder l’anonymat nous relate les defis des partis.

« Seul l’argent permet de faire la politique au Mali ; nous avons beau avoir les bons projets de société, il faut de l’argent pour inciter la population au vote. Il est aussi assez difficile pour les partis politiques car tous reposent généralement sur le financement d’une seule personne, en occurrence le président du parti, alors ce dernier est obligé de collecter des fonds de partout pour faire sa campagne et après il doit rembourser l’argent insuffler dans les campagnes ».

Voilà une des raisons de la corruption et du favoritisme car les marchés publics sont plus souvent attribués aux proches qu’aux méritants.

La crise de citoyenneté

Citoyens
Citoyens Pixabay Images CC

La bonne marche de la démocratie ne va sans des citoyens actifs et impliqués dans le développement de leurs communes, pour ainsi dire, avec leurs contributions, suggérer le chemin à suivre pour le bien-être commun. Par exemple des citoyens respectant leurs droits et devoirs comme : payer ses impôts, voter, s’engager comme volontaire pour répondre à un besoin social.

Ce sont les citoyens qui doivent aussi garder un œil sur le gouvernement afin de pouvoir évaluer les réalisations et les manquements pour ainsi se prononcer aux prochaines élections. Mais l’absence de ces qualités et pratiques citoyennes nuisent grandement à notre démocratie. Car il n’y a que le peuple qui puisse agir contre la corruption, la mal gouvernance, les fraudes électorales…

Il faut une bonne politique pour pouvoir positivement impacter sur le comportement des citoyens, de même qu’il faut des citoyens actifs pour la bonne marche de la démocratie. C’est en tandem que tous les acteurs de la société civile des partis politiques et l’État doivent œuvrer pour la bonne gouvernance et la démocratie, car le rôle de tout un chacun est capital et interdépendant.

Mais tant que l’argent ferra la politique au profits des valeurs, le changement se fera attendre.

 

 

Partagez

Commentaires

Araba
Répondre

C'est une triste réalité d'échanger la voix des électeurs à l'argent. Ce qui est encore plus grave les personnes se laissent suivre par cette pratique.