Avec ou sans la chance, aller au bout de ses rêves

Avant le soleil, je me suis réveillé débonnaire pour écrire ces lignes revigorantes. Un acte culotté et totalement téméraire, aussi moqueur que de parler de meilleurs lendemains dans un pays où on cherche le pain du jour. Un pays où les urgences de l’heure, brouillent les perspectives d’avenir. Où le rêve est un luxe, ou l’espoir relève du chimérique.

Mon combat de tous les jours : vivre rêveur et optimiste, m’a dit un ami. J’ai écrit cette phrase à l’encre indélébile de ma foi dans mon cœur. Car je sais du fond de mon cœur que, qui que nous soyons, où que nous soyons, au fil temps, le destin nous accorde une danse.

Là je parlerai de chance sans vraiment savoir ce que c’est. Mais comme tout homme, j’aspire à avoir plus, à être plus. Peut-être que la chance c’est d’être en vie et de pouvoir se battre pour rendre notre existence mémorable ou exemplaire. Je n’en sais rien. A chacun sa chance, à chacun sa définition de la chance.

 Je sais au fond de moi qu’un jour je rencontrerai la chance. Et en attendant, je me prépare, car ça ne sert à rien d’être chanceux, d’avoir des opportunités, sans avoir les compétences pour les exploiter. Être chanceux c’est de ne rien attendre de la vie, c’est de provoquer tout ce qu’on désir. Attendre ce n’est pas être léthargique mais faire montre de patience et de constance dans l’effort.  J’ai la foi, mais je sais que seul le travail fait des miracles.

Abondance ou infinité des opportunités

Oui, c’est possible pour tout le monde. Oui il y a de la place pour tout le monde au soleil. La nature est généreuse pour répondre à toutes nos aspirations. Chaque jour est une chance. Chaque jour apporte de nouvelles opportunités. Souvent la vie nous terrasse, nous piétine par des épreuves mais aucune nuit ne dure éternellement. Le soleil finit toujours par nous éclairer le chemin du bonheur.

La chance aime l’effort

Quelqu’un m’a dit : « si tu n’es pas chanceux, c’est que tu ne travailles pas assez. » Tout le monde est condamné à réussir, mais peu y parviennent. Parce que pour réussir il ne faut pas attendre sa chance. Il faut la provoquer. La chance aime le goût de la sueur, elle est amoureuse de ceux qui font toujours plus que les autres. Ceux qui se surpassent et repoussent les limites. Ceux qui sont assez téméraires pour bousculer les traditions. Ceux qui sont assez fous pour tenter l’impensable.

La chance est une bénédiction

Beaucoup de personnes sont chanceuses mais ne le savent pas. A force d’être porté sur ce qu’on espère, on oublie et néglige ce que nous possédons et cela finit par nous rendre malheureux. La chance n’est pas dans la possession mais aussi dans l’être. C’est une manière d’être et de voir la vie. C’est la grâce qui nous pousse à chérir ce que nous avons. A nous battre avec abnégation et éthique pour ce que nous désirons. La chance n’est pas ce dont nous avons besoin pour réaliser nos rêves, mais notre capacité à utiliser ce que nous avons pour atteindre nos buts.

La chance aime le partage

J’ai aussi appris que la seule manière de garder longuement sa chance et même de la multiplier, c’est de donner à d’autres personnes leur chance. La peur nous pousse à nous agripper égoïstement à ce que nous possédons. On oublie très souvent que le partage fructifie. Que la générosité apporte l’abondance.

 La chance n’est pas la réussite

La chance n’est qu’une opportunité, la saisir ou pas dépend de nous, pour en faire une réalité. La chance, c’est d’abord jouer toutes les cartes qui sont dans notre main. Il ne sert à rien d’avoir la chance si on ne sait quoi en faire. Parce que pour vouloir la chance il faut se fixer des objectifs. Nos objectifs et nos buts sont ce qui font de nous qui nous sommes. La chance n’est qu’un outil pour nous réaliser.

Avoir la chance n’est pas réussir si on ne parvient pas à transformer cette chance en quelque chose de grand et d’utile à plus d’un. La chance n’est pas la réussite car la réussite est un bonheur. La chance n’est pas la réussite car la réussite est le partage.

Avec ou sans la chance

Un jour je rencontrerai la chance ou peut-être pas. Mais au fond, je n’ai pas à l’attendre pour commencer mon chemin. Avec ou sans elle, je peux arriver où je veux aller, être qui je veux. Je sais que ça demande plus d’efforts, beaucoup de courage et une surdose de pugnacité pour réaliser des rêves. Mais dès qu’on accepte de fournir des efforts, elle nous trouve. Car ceux qui travaillent, qui espèrent n’ont pas à chercher la chance, elle les trouve.

Partagez

Auteur·e

makaveli

Commentaires

Yehiya
Répondre

Merci beaucoup pour ce beau article, l'espoir est au rendez vous, j'aime beaucoup ce que tu partages.

Touré
Répondre

Bien illustré ...