Accueil » Mali : voici pourquoi on mettait des jarres d’eau devant les maisons

jarre d'eau
jarre d'eau Photo: Makaveli

Mali : voici pourquoi on mettait des jarres d’eau devant les maisons

La culture malienne se caractérise par son ouverture à l’autre, la générosité et le partage. Sous différentes formes et à travers plusieurs aspects, elle manifeste son oblativité. L’autre donne tout un sens à la vie, car le bonheur se conjugue au pluriel.  

Il y a seulement une vingtaine d’année, devant les portes de nos maisons on mettait des « ji daga » : une jarre remplie d’eau a l’intention des passants voulant éventuellement se désaltérer. Les jeunes filles de la famille étaient tenues de la propreté et du remplissage régulier du ji daga et les garçons s’occupaient de l’arrosage des arbres.

Cette pratique aujourd’hui révolue était l’expression de la générosité de notre culture, on supposait qu’une personne ne devait pas avoir à demander ni à souffrir pour trouver de l’eau. Chacun devait pouvoir étancher sa soif, mettre sa tête sous un tronc d’arbre pour trouver de l’ombre, bref, prendre un peu de répit.  Les devantures des maisons étaient donc adaptées, tels des oasis.

Il était inconcevable que l’on doivent débourser de l’argent ou peiner pour trouver à boire. La preuve, quand vous entriez dans une famille, avant toute chose on vous apportait de l’eau à boire.  Dans notre culture les choses essentielles et indispensables à la vie (eau, nourriture et toit) ne devaient manquer a personne, elles étaient les choses les mieux partagées, des usufruits.

Quelques rares familles continuent à perpétuer cette pratique séculaire, même si pour des questions d’hygiène, dans certains endroits, les jarres d’eaux ont été remplacées par des robinets à l’extérieur des concessions.

Robinet pour les passants
Robinet pour les passants Photo: Makaveli

Cette pratique est assez simple et lourde de sens : tendre la main à son prochain. C’est l’expression naturelle de nous-mêmes, on considère que ce qui est à soi est aussi pour toute la communauté. Quand il y en a pour un, il y en a pour deux.

Le Mali est le pays du vivre ensemble, différentes ethnies, cultures, traditions… y coexistent, avec comme dénominateur commun la paix et le partage. Nous pensons que nous ne sommes rien sans les autres, « nous venons au monde dans la main des hommes, nous repartons dans la main des hommes ». C’est pourquoi, dans chacune de nos actions, une attention particulière est accordée à l’autre.

arre d'eau devant une porte a l'intention des passants.
Jarre d’eau devant une porte a l’intention des passants. Photo: Makaveli

 

3 commentaires

  1. tokpanoukoudjo

    Chez moi au Benin, dans nos villages, ce fut pareil. Eleve au village, je me raffraichisssais souvent à ces sources d’eau toujours fraîche. Mais hélas, d’année en année, les jarres deviennent rares aux devantures des maisons. Nous perdons nos valeurs.

  2. Salif dit

    Cette pareil dans mon village situé a l’est ou senegal. Je viens régulièrement à Bamako depuis 2016. La première chose qui m’a frappée c’est le fait de voir des jarres devant les maisons. Une chose que j’aime temps, car j’étais nostalgique de ce fait. On peut vivre pendant une décennie à Dakar sans voir de jarre.( Je ne suis pas entrain de dire qu’à ça n’existe pas).
    Juste pour faire la comparaison entre Dakar et Bamako.
    Le Mali est un pays vraiment culturel et qui a su gardé beaucoup de nos valeurs africaines contrairement au senegal surtout à Dakar où la ville s’est carrément occidentalisée, malheureusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.