La réalité virtuelle, une opportunité à saisir

A l’heure où j’écris ces quelques lignes, les enfants de tous maliens aux revenus modestes ne partent plus à l’école, pour cause la grève des enseignants. Il y a de fortes probabilités qu’il ait coupure d’électricité avant que je ne finisse la rédaction de ce billet. Mais malgré tout, je parlerai de numérique, de réalité virtuelle au Mali. Une telle entreprise peut sembler être anachronique, voir prématurée avec tous les défis qui ralentissent l’essor des technologies au Mali, mais je suis convaincu que la réalité virtuelle a sa place notre réalité.

L’avantage avec la réalité virtuelle c’est l’infinité des possibilités, l’opportunité de pouvoir l’utiliser dans n’importe quel domaine. A nous de nous approprier pour relever nos défis de développement.

La première expérience avec un casque de réalité virtuelle c’était pour faire l’expérience d’un voyage dans l’espace. Une expérience extraordinaire qui bluffe nos sens, nous transporte dans un monde extraordinaire aux possibilités infinies. Ça m’a ouvert les yeux sur notre réalité, la réalité malienne avec tout ce qu’elle a comme défis et d’opportunités. Je pense que nous pouvons utiliser la réalité virtuelle pour valoriser nos ressources culturelles, historiques, je n’ai aucun doute qu’avec un casque VR nous pouvons revamper notre système éducatif, et même moderniser la médecine.

Quand je faisais le secondaire, il y avait un cours sur le microscope, nous l’avons étudié en théorie sans jamais avoir la chance de voir en vrai ce qu’un microscope. Beaucoup de nos écoles n’ont ni bibliothèque ni laboratoire. Avec la réalité virtuelle, nous pouvons facilement concevoir des laboratoires virtuels, reproduire virtuellement des outils, des expériences scientifiques afin que chaque élève puisse parfaire sa formation.

Avec la réalité virtuelle nous pouvons rendre possible la visite de nos sites touristiques du Mali à travers un casque VR. Nous pouvons écrire ou réécrire notre histoire et nos traditions à travers des jeux, des films pour que vive à jamais notre riche histoire collective. Pour que nos savoirs qui n’existent que dans les mémoires de quelques-uns et qui encore se transmettent par le verbe puissent exister dans le monde de la virtualité à jamais.  

Et pour améliorer la sécurité, la réalité virtuelle peut servir dans l’entraînement de nos forces armées, pour les rendre plus performants, pour qu’ils se familiarisent avec les zones inaccessibles par exemple.

Les domaines du tourisme, du commerce, de l’éducation ou de la santé peuvent être améliorés par les technologies pour peu que nous voulons le changement.

L’Afrique consomme les technologies mais en produit que très peu, alors la réalité virtuelle est l’occasion pour nous de produire nos propres applications, jeux, nos propres contenus pour valoriser nos pays.

J’ose espérer que dans les années à venir nos élèves et étudiants et cela partout dans le pays, pourront faire des expériences dans des laboratoires virtuels, qu’ils pourront apprendre, partager et interagir avec des outils pour construire, se construire avec les outils éducatifs qu’offre la réalité virtuelle.

 Notre grandeur vient de notre capacité à façonner, à construire selon nos besoins notre réalité pour le bien de nous tous.

Partagez

Auteur·e

makaveli

Commentaires

Afrik'1
Répondre

Merveilleux article, merci.