Mali : les cours à la télé ne passent pas

Les élèves maliens à vos téloches, désormais vous suivrez vos leçons à travers vos petits écrans, enfin si vous en avez ou si vous êtes épargnés par les délestages.

J’utilisais fréquemment pour me ressourcer un logiciel éducatif nommé encarta. C’était comme une encyclopédie numérisée. Une fois installé sur une il était utilisable online et offline. Je ne sais plus s’il existe toujours mais bon, ce n’est pas ce qui nous intéresse ici.

La pandémie du coronavirus qui paralyse le monde a dans ses multiples conséquences, provoquée la fermeture de toutes les écoles. Mais bien avant les écoles publiques étaient déjà fermées depuis de mois, comme l’année passée et surpassée.
Comme c’est inadmissible que les enfants des écoles privées restent à la maison sans cours au risque de faire une année blanche, l’Etat a décidé d’agir.


Le gouvernement malien a décidé que les cours passeront dorénavant à la télé. Alors les élèves à vos téloches. Sauf que dans le pays nous n’avons pas tous la télé ni l’électricité à tout moment, ni partout.

Nous avons eu l’occasion de réinventer l’éducation au Mali, nous avons préféré les cours à travers la télé.

Makaveli

Disons-le, les cours que nous voyons à télé ne sont ni adaptés, ni attractifs pour les élève. Plus, ils ne permettent pas une vraie interaction entre enseignants et enseignés. Plus, les présentateurs ne sont pas des professionnels. Les cours ressemblent plutôt à un one man show de mauvais goût.

Des voix se lèvent pour montrer le caractère théâtrale et improductif des cours à la tété. D’autres par contre pensent que nous devons nous en contenter. Selon ces derniers, nous sommes en guerre contre le coronavirus, donc il faut religieusement accepter ce geste du gouvernement et dire merci monsieur le Président. Sauf que l’éducation est aussi importante au même titre que la santé pour être traitée comme une affaire simple.

Revenons à notre vieux encarta. Imaginez un peu tout le programme éducatif de toutes classes de l’école malienne dans un seul logiciel. Avec la possibilité de faire des exercices et recevoir automatiquement le corrigé. L’opportunité d’être dans un groupe d’études et d’échanger avec d’autres élèves. Et même d’envoyer un message à son professeur. C’est cool non ?

L’éducation est aussi importante au même titre que la santé pour être traitée comme une affaire simple.

Makaveli

Je sais, ça peut paraître pharaonique ou anachronique pour un pays comme le Mali, avec une électricité instable et l’internet trop lent, trop cher.
Mais croyez-moi ici nous avons les cerveaux et les moyens pour le faire si nous le voulons vraiment.
Savez-vous déjà que des jeunes ont développé une université virtuelle ? Oui des jeunes maliens et au Mali. Alors nous avons les compétences locales pour réaliser un tel projet.

Aussi sur le marché nous avons des tablettes à 20 000 FCFA ce n’est pas si cher quand même pour notre Mali. Nous pouvons doter nos élèves et étudiants de ces tablettes avec le logiciel dessus.
En attendant de voir clair dans le trouble que suscite le coronavirus, cette alternative peut sauver l’année scolaire et même l’initiative peut être améliorée pour une meilleure application dans le futur pour compenser les tares de notre système éducatif.

Ah j’oubliais pour la connexion on peut envoyer un giga par mois pour chaque tablette afin qu’ils envoient les données et discuter avec les enseignants.
Franchement je trouve que les cours à la télé ne passent pas. D’ailleurs au Mali tout le monde a un téléphone mais pas la télé. On regarde plus souvent son téléphone que sa télé. Faisons un peu plus d’effort. Mettons fin au one man show insipide et indigeste pour éduquer nos enfants avec des outils et des contenus adaptés.

Pour conclure, je dirais qu’un bon gouvernement est celui qui en des circonstances difficiles fait des choses extraordinaires avec des moyens simples.

Partagez

Auteur·e

makaveli

Commentaires